PHYSICAL EXAMINATION AND OBSERVATIONS IN HOMOEOPATHY


by Filip Degroote, M.D., Publisher Homeoden Bookservice, 1992, Gent, Belgium, Pages 752.


Homoeopathic LINKS 3/95 (Vol. 8, Autumn 1995).


In this era of priority to the mental-emotional picture in homoeopathic prescribing this book is a healthy counterbalance. F. Degroote was interested from the beginning of his homeopathic practice in 1980 in a clinical verification of the remedies. He was a disciple of Dr. Pladys (1920-1981) from De Panne in Belgium who based his prescriptions on a very keen clinical perception and physical examination especially of the Weihe points. After the death of Dr. Pladys the author did extensive research in his practice on the Weihe points and other trigger points on the body correlated with homoeopathic remedies. He got acquainted with kinesiology (Touch for Health - muscle tests) and has elaborated a complete system of muscle weaknesses correlating to the different homoeopathic remedies. During the clinical examination of the patient there is first of all the control of the static in erect and lying position paying attention to the position of the head, the length and curves of the spinal column, the shoulder/pelvis heights, symmetries and muscle tensions. Secondly there is the use of the Weihe points. In 1875 Dr. Weihe introduced the method of “painful” pressure points. This implies that when a homoeopathic remedy is indicated its corresponding Weihe point produces an acute pain when pressed. In the experience of F. Degroote pressure on the Weihe point clearly ameliorates the corresponding weak muscles-test (as an expression of disturbed energy characteristic of the remedy. Pressure on the W.P. of the remedy is like a temporary application of the remedy.


The third part of the physical examination is the kinesiological muscle-testing. When a remedy is indicated in a patient (a) certain muscle(s) will be weak by testing. This system of muscle-testing in relation t homoeopathic remedies is described in detail with help of anatomical drawings in colour. More than 150 remedies are described with a description of the physiognomy and physical examination (including description of the weak muscle tests); then the appearance and behaviour during the consultation, the clinical observations mostly containing objective physical symptoms and the Weihe point of the remedy (if this coincides with an acupuncture point this point is given too) are described. Also for homoeopaths who do not use kinesiologic testing this book contains a wealth of objective clinical symptoms that are not easily found in other books and come largely from the experience of Dr. Pladys and F. Degroote. Examples the indolent “angry “ red pimple on one cheek of Tuberculinum, hair growth between the eyebrows (the glabella) or the deep nasolabial folds in Thuja, the pectus excavatus of Calc-f., an elevated left pelvis in Cocculus, vitiligo in Ignatia, the actually shortened right leg of Kali-c., warts close to the fingernails in Lycopodium (cf. Causticum).


This is a pioneering book and a very successful attempt to connect homoeopathy to other energetic systems of health. Some classical homoeopaths will frown upon works like this as diverting too much from Hahnemannian approach; but lets consider the aphorism of Kent from his letter writings (p. 1): Throw aside all theories and matters of believe and opinion, dwell in simple facts”.


DAM Kees, M.D.

Revue Belge d'Homoeopathie - 1992, nr. 4


D’entrée de jeu, l’auteur nous invite, à la suite de J. T. Kent, «à nous départir de toute théorie, croyance et opinion et à ne nous fier qu’aux simples faits».


C’est dire si, à première vue, ce livre peut surprendre et même déconcerter un homéopathe uniciste, habitué à ne faire confiance qu’à ses répertoires et à ses matières médicales de référence, Hahnemann, Allen, Hering, Clarke etc. et je ne vous cacherai guère que je me suis bientôt trouvé «interpellé» par son côté absolument original.


Le Fondateur ne nous a-t-il pas enseigné qu’il fallait toujours avoir recours aux sources elles-mêmes (Organon, 149, note), c’est-à-dire à l’expérimentation pathogénétique? Or nous voici ici apparemment bien loin desdites sources, puisque cet ouvrage est essientiellement consacré à l’examen physique du patient, pris dans un sens assez large, et en particulier aux muscles hyper- ou hypotoniques, aux irritations de certains nerfs et aux zones réflexes permettant de faire le diagnostic remédial, y compris les points de Weihe.


L’auteur a recuilli l’immense héritage laissé par le docteur Albert Pladys, de La Panne, Président de notre Société Royale Belge d’Homoeopathie, mort le 19 juin 1981, qui s’était attaché particulièrement à déterminer la relation qu’il pouvait y avoir entre le simillimum du patient et l’affaiblissement de certains muscles ou groupes musculaires. Malheureusement le docteur Pladys nous a quittés trop tôt, avant d’avoir pu achever son oeuvre, et c’est à ce travail que s’est attelé, avec succès d’ailleurs, le docteur Degroote, membre lui aussi de notre Société.


C’est ainsi qu’il a pu mettre en évidence, chez un grand nombre de patients qui répondaient bien à un seul remède, inchangé au cours des ans, des «modèles» (patterns) spécifiques au niveau de la musculature, «modèles» qui se sont bientôt révélés des symptômes extrêmement précieux pour le choix du remède.


La méthode consiste à tester 80 muscles du patient et voir lesquels sont «affaiblis» ou «hypotoniques». Chaque remède correspond à un schéma musculaire spécifique.


Ici réside d’ailleurs un inconvénient de ce livre pour le francophone - même s’il parle et lit couramment l’anglais -, qui risque de ne pas connaître la terminologie anatomique anglosaxonne, où tous les noms des muscles et des nerfs sont donnés en latin. Cela ne pose pas de gros problème pour des muscles tels que le «trapezius» ou le «pectoralis major» mais qui sait à quel nom français correspond le «teres minor”, le «gracilis», le «piriformis» ou l’ «anterior ipsilateral cloacal»? On aurait aimé qu’un court index latin-français soit joint à cet ouvrage.


Un peu plus de 150 remèdes sont étudiés. Pour presque chaque remède un dessin en couleurs montre les points essentiels à examiner. Le texte ne se limite pas à l’explication de l’attitude du sujet, des muscles qui sont contractés et relâchés, des points sensibles à la pression, des nerfs irrités, des endroits du corps qui sont plus chauds ou plus froids, des zones réflexes, etc., mais il brosse encore un tableau clinique de key-notes classiques, y incorporant en outre des trouvailles cliniques provenant du legs du docteur Pladys.


Prenons à titre d’exemple la description de Mercurius. La plus grande partie de la première page est consacrée à l’examen clinique et aux tests musculaires selon les critères originaux du

docteur Degroote. Ensuite il y a un peu plus de deux pages de matière médicale. On termine avec une demi-page sur le point de Weihe, les points énergétiques et une remarque sur les tests musculaires.


Deux pages et quart nous brossent donc une description du remède, essentiellement basée sur la clinique - comportement durant la consultation, symptômes facilement objectivables et key-notes classiques.


N’oublions pas la page avec le dessin en couleurs! Pour celui qui ne se sent pas de taille à tester avec sûreté l’hyper- ou l’hypotonie des groupes musculaires (manoeuvres semblables à celles de la médecine manuelle), comme l’auteur le préconise, nous y trouvons quand même des choses facilement observables par tout homéopathe. Nous notons en effet:


- Que le front et le côté droit du thorax sont bleutés. Le répertoire de Kent nous met Mercurius dans les rubriques «Coldness, Forehead» (K 108, K 356) et «Chest, Coldness, side, right» (K 825).


- Que l’angle splénique du côlon est jaune, ainsi que la dernière vertèbre lombaire, ce que le texte nous explique: «colite située à gauche, sensible à la pression»; «laxité de la cinquième vertèbre lombaire».


- Qu’il y a des petits point rouges entre l’omoplate droite et la ligne médiane; le texte dit «éruptions entre la colonne et l’omoplate droite».


Pour nous résumer, même celui qui ne se sent pas les dispositions à - ou les capacités de - faire un examen kinésiologique peut tirer avantage de ce livre car il y trouvera:


1. Des symptômes cliniques facilement observables:

a) Visibles sur les dessins en couleurs: localisations préférentielles d’éruptions,

froideurs localisées, etc.,

b) Dans le texte: p. ex. «patient à l’odeur offensive”», «froint plissé», «sueur huileuse», «cheveux clairs»,

c) L’aspect du nouveau-né,

d) L’aspect de l’enfant.


2. Des indications sur le comportement du patient au cours de la consultation.

3. Les professions préférentielles correspondant au remède: p. ex. «représentant de commerce», «officier (militaire)», «gangster» (!), etc.


De plus, le lecteur découvrira avec plaisir des symptômes pour compléter son répertoire de Kent, par exemple: «froideur du pied gauche», pour Natrum nitricum (on regrettera néanmoins de ne pas connaître la provenance des ajouts - dans le cas présent c’est un symptôme de l’Encyclopédie d’Allen, vol. VI, p. 601, n °57: «Icy coldness of the left foot...»). Notons en passant pour ce remède qu’on voit aussi clairement sur le dessin le symptôme contradictoire «Oreilles brûlantes et rouges, et pourtant froides au toucher» (K 285: «Ear, Coldness, burning hot yet cold to touch»). Ces figures constituent donc des aides considérables à la mémorisation de petits signes cliniques qui peuvent mettre sur la piste du simillimum.


A la fin du livre, 9 pages décrivent, petits dessins à l’appui, la façon de pratiquer 31 des tests musculaires recommandés par l’auteur. Il y a aussi une parti répertoriale montrant à quels remèdes correspond tel ou tel muscle, tel ou tel nerf spinal, ou telle ou telle vertèbre sensible, ainsi que quelques symptômes cliniques du genre «tête tournée à droite», «gonflement des masseters», «rigidité du côté gauche du thorax», «région inguinale gauche sensible», «genou gauche tourné en dehors», «démarche bizarre», «marche lentement comme un vieillard», etc., etc.


Pour terminer, un addendum présente une série de planches anatomiques rappelant des notions indispensables sur le système nerveux, les zones cutanées de projection de la douleur viscérale, les repères anatomiques superficiels, les points de Weihe, les méridiens d’acupuncture...


Tout ceci nous rappelle que l’examen physique est important, même pour l’homéopathe! C’est bien malheureux, mais beaucoup d’entre nous ont tendance à l’oublier - trop souvent de nouveaux patients me demandent, étonnés: «Je dois vraiment me déshabiller, Docteur? Mais... mon autre homéopathe ne m’examinait jamais!»


Parmi les beautés du livre, on trouvera, à l’ordre alphabétique, une intéressante discussion sur cinq pages des indications différentielles de huit tuberculines (bovinum, Koch, Denys, Marmoreck, Spengler, aviaire, residuum et Bacillinum).


Cet ouvrage n’est cependant pas sans défauts, mais ils sont minimes. On regrettera entre autres que tous les symboles utilisés dans les planches ne figurent pas dans la légende de la page 27; par exemple il manque les petits points rouges pour «éruption» (cf. Mercurius), la flèche en pointillé bleu pour «ou bien l’autre côté» (cf. le pied droit bleuté de Pulsatilla, correspondant à «Coldness of one foot, the other hot»), les hachures bleues sur fond rouge des oreilles de Natrum nitricum...


On déplorera en outre de ne pas trouver les noms des remèdes au haut des pages en titre courant, ce qui faciliterait la recherche par ordre alphabétique au cours de la consultation.


Quoi qu’il en soit, et pour conclure, ce livre est une somme consacrée à l’examen clinique en homéopathie. Tous les chemins mènent à Rome (ou au simillimum) et il faudrait être sot ou bien présomptueux pour vouloir se limiter en cette affaire aux symptômes les plus élevés de la hiérarchie comme les affects primitifs ou le noyau masiste du remède. Rappelons que Pierre Schmidt lui-même ne crachait pas sur les «petits moyens» pour aboutir au remède.


Je félicite l’auteur d’avoir mené à bien cette gigantesque entreprise et de nous avoir fourni une belle oeuvre originale, destinée sans aucun doute à devenir un classique du genre.




Dr Jean-Claude Grégoire

Contact Information
Dr. Filip Degroote
Lorreinendreef, 82
B - 8310 Brugge (Assebroek)
Belgium

Telephone : +32 50 36 30 20

Email : filip.degroote1@telenet.be
Location

Filip Degroote - Medical Doctor | Filip Degroote


English


HOME
- Short-Presentation
- Philosophy
- Interviews
- List-of-Publications
- The-Dream-as-View-into-the-Soul
- Homeopathic-Miasms-and-Heredity
- Influenza-and-Sycosis
- Errata
- Physical-Examination-and-Observations-in-Homoeopathy
- Notes-on-Miasms-and-Heredity
- Dromen-vanuit-homeopathisch-perspectief
- Dreams---a-Homeopathic-Perspective
DREAM-REPERTORY
SEMINARS
FAQ
CONTACT